Cookie Consent by Free Privacy Policy website

Illusions d’optique

« Quick Tide » par Felipe Pantone, Greenwich Peninsula, Londres

Styles

il y a 5 mois


Un décryptage imaginé avec Premiere Classe, rendez-vous incontournable de l’accessoire de mode et du prêt-à-porter pendant la Paris Fashion Week.

Perspectives, faux-semblants, illusions… Les apparences sont parfois trompeuses. C’est en tout cas ce que semblent vouloir montrer les artistes, créateurs et designers du moment (Felipe Pantone, Fakepaper, Crosby Studio, FreelingWaters) qui usent de subterfuges visuels pour titiller la vision à travers leurs réalisations. Effets chromatiques figés, arts optiques ré-appropriés, pixels numériques réincarnés… Tout est bon à faire de la prestidigitation.

 

Cette mouvance résonne avec la prochaine édition de Premiere Classe, rendez-vous de l’accessoire de mode et du prêt-à-porter pendant la Paris Fashion Week. Ce salon incontournable interrogera fin septembre la notion de réalité et réinterprètera les codes du décor sous le prisme du trompe-l’œil et de l’illusion. Moodboard sans trucage en attendant.

  • Hallucinations

    VISUELLES

  • Prescripteur

    VASARELY

  • Intention

    TROMPER

  • Perception

    TROUBLE

L’op-art de Vasarely s’immisce dans tous les pans de la création

Fondation Vasarely, Selfridges Londres

Jean Paul Gaultier automne-hiver 1995 © Pierre Verdy

Victor Vasarely, le père de l’art optico-cinétique et maître du trompe-l’œil, reste une éternelle inspiration. À la manière de l’artiste hongrois, les créateurs de mode comme les designers imaginent des pièces qui troublent la vue à grands renforts de prints graphiques et hypnotiques qui suggèrent des mouvements troublants.

Victor Vasarely, Vega Fel, 1971

Christopher John Rogers Resort 2022

Studio Asaï © Micha Patault

Armoire par FreelingWaters

Paco Rabanne SS22

Victor Vasarely pour Paco Rabanne, SS22, Palais du Palais des Congrès, Monaco

Paco Rabanne SS22

Greeting Scarves
par Fakepaper © Julia Andréone

Carreaux de céramique, Studio GdB

Armoires par FreelingWaters

Iris Van Herpen Haute Couture SS19 © Jonas Gustavsson

Cadavre exquis par A&A, Adam Goodrum et Arthur Seigneur

Album cover « Dévorantes » de Aloïse Sauvage

SH_TFACED de Lindsey Mendick à Jupiter Artland © John Mckenzie

Ryunosuke Okazaki

Armoire, Arthur-Seigneur et Adam-Goodrum © Andrew Curtis

L’illusion, thème du salon Premiere Classe

Chambouler la vue et bouleverser les perceptions, c’est l’ambition de la prochaine édition du salon Premiere Classe qui se tiendra au cœur du jardin des Tuileries du 29 septembre au 2 octobre.

 

Deux fois par an depuis 30 ans, Premiere Classe dévoile lors de la Fashion Week parisienne les tendances accessoires et présente une sélection pointue de prêt-à-porter pour révéler les créateurs qui feront la mode de demain. Cette saison, le salon se prêtera à diverses illusions à travers une mise en scène graphique et optique imaginée par Fakepaper et Paf atelier.

Bootbag de Damiaan, exposant à Premiere Classe

Carré en twill 100% soie de Prinzberlin, exposant à Premiere Classe

Les pixels envahissent

la réalité

Pop-up, Crosby Studios et Zero10 © Crosby Studios

Loewe SS23 © Gorunway

Le pixel, image matricielle utilisée dans les écrans numériques, est reprise avec dérision dans la vraie vie. On pense notamment au sweat à capuche Pixelated de Loewe orné de bordures en 2D mais aussi aux tabourets conçus par Harry Nuriev (Crosby Studios) pour le Web-3 Café à Paris. Des pièces à la limite du réel, comme sorties de Minecraft.

Web-3 Cafe par Harry Nuriev et Gaia Repossi

Collection de tabourets Video Game © Crosby Studios / Harry Nuriev

Louis Vuitton SS24 Menswear © Gorunway

Pixel Chair par Vivian Chiu

Street Art par Felipe Pantone

Armoire par FreelingWaters

Louis Vuitton SS24 Menswear © Gorunway

Une fascination pour les flares, prismes et effets de lumière colorés

Table en édition limité par Simon Barazin

Tissage de fils arc-en-ciel par Gabriel Dawe, Renwick Gallery

Réfraction, réflexion, transmission de la lumière… Les artistes se prennent pour Isaac Newton. Chacun à leur manière, ils figent via différents médiums, l’arc-en-ciel de couleurs et les effets chromatiques de la lumière comme s’ils passaient à travers un prisme optique.

Parthénon par Adam Newman et Kelvin Tsang

Sebastiaan Knot

Pacte de variabilité soustractive, 2022, Felipe Pantone

Piscine résidentiel mosaïques de verre arc-en-ciel, Felipe Pantone

Les lignes, rayures et courbes s’en donnent à cœur joie

Errai, Paul Feeley, 1965

Les designers et architectes d’intérieur jouent avec les perspectives, les courbes et les juxtapositions de rayures pour duper, interroger.

Chaise d’inspiration Memphis, collection Neo Laminati

Cuboid Mirror par Bower Studios

Table d’appoint, Lee Broom

Un décryptage imaginé avec la complicité de Premiere Classe, rendez-vous incontournable de l’accessoire de mode et du prêt-à-porter pendant la Paris Fashion Week.

Chaque semaine, les moods de demain

Découvrez les plus beaux objets, lieux & créations du moment
dans nos moodboards de styles.