Cookie Consent by Free Privacy Policy website

Héritage Brancusi

Atelier Brancusi, Paris © Jennifer Ring

Héritage

il y a 2 mois


Il y a 120 ans, un jeune Roumain du nom de Constantin Brâncuși traversait l’Europe à pied pour venir s’installer à Paris. C’est dans cette ville où il a passé le restant de sa vie, que son travail est aujourd’hui consacré via un exposition rétrospective inédite présentée jusqu’au 1er juillet 2024 au Centre Pompidou. 

 

Réduisant les formes à leur essence, Brancusi a révolutionné le geste et introduit l’abstrait dans sa discipline. La taille directe et le poli, la réduction radicale des silhouettes à des géométries simples, l’art des détournements, des renversements et des superpositions, les équivoques entre le féminin et le masculin, le primitivisme africain et roumain, ont entre autres, constitué son œuvre. Un langage moderniste à part, que l’on retrouve partout dans la création contemporaine.

 

À la façon dont Brancusi sculptait l’essence des choses, les artistes, designers et architectes du moment — Léa Bigot, Anna Karlin, Vince Skelly, Axel Chay, Bisa Studio, Cobalto Studio — capturent l’esprit de la matière (bronze, fer, marbre, pierre et bois) via des pièces pures et puissantes qui se passent d’artificialité. Retour sur l’influence de l’inventeur de la sculpture moderne.

  • Métier

    SCULPTEUR

  • Forme

    SIMPLE

  • Style

    PRIMITIF

  • Obsession

    COLONNE

Croquis Atelier par Constantin Brâncuși, 1924

Atelier Brancusi

L’abstraction et la simplification des formes au centre du geste

Série « A Conversation with Trees » par Vince Skelly

Socles par Constantin Brâncuși

Vases par Asterisque © Alicia Peirò

Tabouret en bois sculpté par Olivier Giroud

Sculpture sur bois par Vince Skelly

« Le bois n’est-il pas prêt à devenir une œuvre ? Il suffirait de le couper juste pour en faire une sculpture ». Constantin Brâncuși.

Chaise Gemelli par Florence Louisy

« La Sorcière » par Constantin Brâncuși

Solo show de Nadia Yaron à la Francis Gallery, Los Angeles © Elizabeth Carababas

Socles par Constantin Brâncuși

L’art de superposer les géométries pour sacraliser le socle autant que l’œuvre

Solo show de Nadia Yaron à la Francis Gallery, Los Angeles © Elizabeth Carababas

Lampe Modular Launay par Lana Launay

Atelier Brancusi

Socles par Constantin Brâncuși

Faye Toogood

Jacquemus, Fall 2018

Bougies par Ann Vincent

La colonne pour totem

« Autoportrait dans l’atelier » par Constantin Brâncuși

Boutique Sessùn Madrid © Pablo Zamora

« Colonnes sans fin », Constantin Brâncuși, Atelier Brancusi

Monsieur G House par Decus, Bellevue Hill

Papier peint panoramique « L’atelier de Brancusi » par Casamance

Atelier Brancusi

Lanterne Stack par Anna Karlin © Adrian-Gaut

Totem Taounete, Léa Bigot pour Sessùn

© Joel Escalona

Hives pat Konstantin Grcic pour Mutina

Socles par Constantin Brâncuși

Bloc 41 par Graham Baba Architectes © Lara Nageuse

« Hacer, para no ser » par CS Nuñez

Poème géométrique par Marta Jurado Chagnaud pour Bisa Studio

Cobalto Studio pour Massimo Dutti © Bibi Borthwick

Une obsession pour les matières dorées et les rondeurs

Barbara Hepworth

Catherine Clark Gilbertson

« Le Petit Calino » par Jacquemus

« Le Bracelet Nodi » par Jacquemus

« Le Nouveau-Né » par Constantin Brâncuși, 1920

Schiaparelli, Spring-Summer 2024

Sculpture de tête en bois doré d’après Constantin Brâncuși

Schiaparelli, Spring-Summer 2021

Margareth Sandström

« Mademoiselle Pogany » par Constantin Brâncuși, 1913

Des équivoques sensuelles qui brouillent les lignes du féminin et du masculin

© Alessandro Malossi

Le porte-clés Tourni, Jacquemus

« Princesse X » par Constantin Brâncuși, 1916

« Torse de jeune fille II » par Constantin Brâncuși, 1923

« Torse de jeune homme » par Constantin Brâncuși, 1924

Lampe Phallus d’Axel Chay

« Princesse X » par Constantin Brâncuși, 1916

Une faune aux lignes essentielles

« Le Poisson » par Constantin Brâncuși, 1925

« Le Phoque » par Constantin Brâncuși, Centre Pompidou

« John » par Porky Hefer

« Măiastra » par Constantin Brâncuși, 1911

« Le Coq » par Constantin Brâncuși, 1935

« Bwa Leaf Mask » par Porky Hefer

« Le Poisson » par Constantin Brâncuși, 1925

« L’Oiseau dans l’espace » par Constantin Brâncuși, 1923

Des silhouettes abstraites et organiques qui s’entourent d’un « blanc platré » très sculptural

Atelier Brancusi

Dessus dessous par Léa Bigot

Coral Blanc par Moises Tibau pour Bisa Studio

Assise de Steven John Clark pour Oigall Projects

« Nine weirdos » par Steven John Clark © Morgan Rudolph

Lampadaire Signe de Léa Bigot

« La Timidité » par Constantin Brâncuși, 1917

Chaque semaine, les moods de demain

Découvrez les plus beaux objets, lieux & créations du moment
dans nos moodboards de styles.