Goodmoods

Carla Bruni

Une enfance dans un château en Italie, des défilés pour Chanel ou Jean Paul Gaultier, un passage à L’Elysée, un détour sur grand écran… On pourrait croire à un roman mais non. Pourtant les histoires ça la connait, Carla Bruni adore en raconter dans ses chansons. Un leitmotiv qui la guide depuis la sortie de ”Quelqu’un m’a dit”, il y a dix-huit ans.

 

Aujourd’hui, Carla Bruni écrit à nouveau sur ses thèmes de prédilection : l’amour, la liberté. Des compositions ciselées sur ses sentiments avec toujours un ”quelque chose” de particulier. Confidences a cappella sur les inspirations de son nouvel album éponyme.

Quand avez-vous composé cet album ?

 

« J’ai terminé ma tournée en septembre dernier à Séoul, c’était une grande tournée mondiale qui m’a pris beaucoup d’énergie et qui m’a donné beaucoup de plaisir. De retour à Paris, j’ai eu une forte envie d’écrire, j’ai commencé mi-novembre et j’ai terminé en juin alors qu’on était déjà rentré en studio. Pendant ces huit mois, je n’ai cessé d’écrire et c’était assez fulgurant. »

Vos rituels d’écriture ?

 

« J’écris en partant d’une émotion plutôt que d’une pensée précise. Quand je me sens sensible voir émue, c’est le meilleur moment pour composer. Si je fais, par exemple, du courrier toute la journée, j’ai pas tellement envie d’écrire ! »

Pochette Album Carla Bruni

Votre refuge pour écrire ?

« J’ai un lieu fétiche : mon studio où j’écris tout. Je me sens comme dans un cocon là-bas, je n’ai rien d’autre à faire qu’écrire. Je l’ai aménagé avec tous mes instruments de musique, tous mes bouquins, tous mes carnets, toutes mes photos, c’est un sacré désordre ! Ça ne respire pas la maturité, on dirait le studio d’une fille de quinze ans. C’est ma “chambre à soi” pour reprendre Virginia Woolf. C’est fondamental d’avoir cet espace pour soi, même si c’est un placard, tant qu’il est rien qu’à soi. »

 

 

Comment avez-vous travaillé avec Albin de la Simone ?

 

« Albin qui est un merveilleux musicien, chanteur, dessinateur, était quelqu’un avec qui j’avais envie de travailler depuis très longtemps. Je lui ai proposé en lui envoyant deux ou trois chansons et il a dit oui tout de suite. J’en suis vraiment très heureuse, il a été au delà de mes attentes. »

QUELQUE CHOSE

« On ne sait pas exactement ce que c’est ce “quelque chose”. On pourra dire que c’est quelque chose d’agréable, de délicieux, quelque chose de chaud, de doux. »

Pourquoi Partir dans la nuit ?

 

« J’aime bien l’idée de pouvoir partir dans la nuit qui que l’on soit, quel que soit notre âge, quelle que soit la situation : on a quand même tous le droit de partir dans la nuit !

 

Partir dans la nuit” c’est une chanson où deux amoureux monteraient dans une voiture, les cheveux dans le vent, pour aller vers la mer. C’est une chanson un peu romanesque… Mais c’est l’idée de pouvoir partir qui compte par forcément de le faire. »

C’était comment de travailler en italien  ?

 

« C’était étonnant pour moi d’écrire en italien, c’était la première fois mais je vais continuer parce que j’ai adoré ça. Et j’étais aussi ravie d’intégrer Valeria Bruni Tedeschi à l’album via ce duo sur “Voglio l’amore”, non seulement parce que bien sûr c’est ma sœur, mais c’est surtout une merveilleuse actrice et ça m’a fait plaisir d’avoir son talent. »

Carla Bruni et sa sœur Valeria Bruni Tedeschi

Vos inspirations pour cet album ?

“L'Impossible Monsieur Bébé“ de Howard Hawks

« J’ai été très inspirée par des vieux films que je regardais pendant le confinement. Notamment “L’Impossible Monsieur Bébé” de Howard Hawks avec Katherine Hepburn pour une chanson qui s’appelle  “Le petit guépard”. Et puis nous avons revu tous les grands films comiques français, ça ne m’a pas beaucoup inspiré pour l’album mais ça m’a fait du bien !

 

Sinon je suis toujours inspirée par des livres, des tableaux mais c’est très fugace. C’est difficile pour moi de trouver les ramifications mais c’est vrai que quand j’écris je me mets dans des conditions de plaisir artistique reliées à beaucoup d’autres choses que la musique. »

“L'Impossible Monsieur Bébé“ de Howard Hawks

Vos dernières lectures ?

 

« J’ai relu les œuvres complètes d’Albert Camus, j’ai lu aussi beaucoup de poésie, tout le temps, de la poésie française, italienne, anglaise. J’aime beaucoup la poésie, c’est un peu comme des chansons finalement. »

Un voyage qui vous a marquée ?

 

« Ce que j’aime c’est la nature, c’est le Sud. Donc n’importe quel voyage dans un endroit où il y a des oliviers, des cyprès et un peu de Méditerranée m’enthousiasme ! »

Une œuvre qui vous rend émotive ?

 

« Mille et unes chansons ! Je pioche dans tout : j’écoute des choses de maintenant mais aussi beaucoup de morceaux anciens.

 

Cet été j’ai été incroyablement émue par cette chanson de Nina Simone qui s’appelle “Wild Is the Wind”. C’est elle qui joue du piano, c’est pas le truc le plus gai de la terre mais je dois dire que c’est sublime. »

Wild Is the Wind

Vos attaches à la mode ?

Carla Bruni et Karl Lagerfeld

«  Une multitude de rencontres et de souvenirs, je dois dire ! Pour moi la mode c’est une espèce de grande famille. Je suis très attachée aux gens de la mode, j’étais très amie avec beaucoup de couturiers qui ne sont plus là : Yves Saint Laurent, Karl Lagerfeld, Azzedine Alaïa.

 

J’aime aussi beaucoup les nouveaux créateurs d’aujourd’hui. Ce sont des gens pour lesquels j’ai amitié, affection, admiration. »

Défilé Yves Saint Laurent - 2002
Yves Saint Laurent et Carla Bruni - Paris 1998 - Jean-Marie Périer

Un grand souvenir de mode ?

 

« Le défilé Versace en 2017. C’était formidable, je dois dire que la mode, qui n’est pas un monde avec une mémoire, a démontré le contraire ce jour-là. »

Les égéries des 90's de retour au défilé Versace 2017

Des envies de cinéma depuis le film Midnight in Paris” ?

 

« En fait je suis pas du tout actrice, ce n’est pas mon métier. Je prends du plaisir à le faire quand ça m’arrive mais ce n’est pas quelque chose dans laquelle je me mets une projection quelconque ou de l’énergie. Si j’adore le cinéma, je l’aime comme cinéphile. Je suis vraiment amoureuse de mon métier, chanteuse. »

Les films qui vous ont marquée ?

Domicile conjugal - Truffaut

« C’est difficile de n’en choisir que quelques-uns, vous avez trois heures ?

 

Je dirais que j’aime tous les grands cinéastes italiens et français des années 60 et 70, j’aime Truffaut, j’aime Godard, j’aime Rossellini, j’aime Visconti, j’aime Fellini et j’en oublie beaucoup… Je trouve leurs films d’une poésie inoubliable. »

Guépard - Luchino Visconti
Carla Bruni dans le film “ Midnight in Paris“ - Woody Allen

Votre dernier coup de cœur ?

 

« J’ai beaucoup aimé le film Joker” de Todd Phillips avec Joaquin Phoenix, je l’ai trouvé tragique et remarquable à la fois. Ce n’est pas du tout mon genre de film, je suis allée le voir avec mon fils avant le confinement, c’est le dernier film que j’ai vu au cinéma. »

Un endroit préféré en Italie ?

 

« Si je devais choisir un endroit extraordinaire, je dirais Venise. C’est tellement extraordinaire Venise, c’est tellement miraculeux que les êtres humains aient fait une chose pareille et qu’ils aient réussi à la conserver. »

Comment vos origines italiennes vous influencent-elles ?

 

« Je me sens vraiment partagée entre les deux pays avec un attachement très fort aux deux. Mais pour tout vous dire je trouve que la culture italienne et la culture française sont très entremêlées. Jean Cocteau a dit : “Les Français sont des Italiens de mauvaise humeur.” J’adore cette phrase ! »

Carla Bruni pour Vogue Italia - 1992
Mood Letter

Recevez chaque jeudi dans votre boite mail les tendances, prescripteurs et styles dans l'air du temps !