Goodmoods

ÉCO-DESIGN

Super-Theme

il y a 2 mois


Respecter, innover, économiser, recycler, upcycler, localiser, tout changer… Des verbes d’action qui s’avèrent indispensables pour imaginer un design plus respectueux de l’environnement et des humains : l’éco-design. Dans le cadre de la Paris Design Week, Goodmoods et Made in Design s’emparent du sujet avec une exposition éphémère qui fait dialoguer une matériauthèque écologique surprenante, des pièces variées créées avec de nouveaux procédés éco-responsables et façonnées par les convictions des designers, plus que jamais engagés.  Une sélection écologique et éclectique qui se prolonge en ligne sur le site de Made in Design. 

 

Le fil vert de l’éco-design est démêlé sur quatre espaces distincts : WHO – portrait de ces designers artisans – ; WHAT – la matière au cœur de l’innovation – ; HOW – les nouveaux modes de production – ; WHERE – la valorisation du Made in et des communautés locales. 

  • Exposition

    Éphémère

  • DATES

    5-13 Sept.

  • LIEU

    PRINTEMPS Haussmann

  • ALLEZ-Y

    VITE !

EXPOSITION ÉCO-DESIGN

Retour en images sur l'exposition Éco-design au Printemps !
© Film : Crazy Train Films ; musique : « Le soleil » Creange

Who

DESIGNERS + ARTISANS

 

L’humain reprend sa place au cœur de la création. Un trait d’union essentiel entre le designer et l’artisan, le croquis et le travail à la main. La revalorisation de l’artisanat et l’accent mis sur les designers leurs donnent un rôle nouveau. Des créateurs qui s’engagent et font le pont entre savoir-faire et modernité.

Ames
Ames
Pauline Deltour - Ames.

Quand les designers et artisans ne font plus qu’un… Le designer allemand Sebastian Herkner et la française Pauline Deltour ont traversé la Colombie en compagnie de la fondatrice d’Ames Ana María Calderón Kayser. Là-bas, ils sont allés à la rencontre des artisans colombiens pour découvrir un véritable savoir-faire et des méthodes de fabrication traditionnelle durables afin d’inventer à plusieurs mains les pièces de demain.

Ames
Piet Hein Eek
Gesa Hansen

Une nouvelle génération de designers  sont les portes-paroles de l’éco-design. Ils incarnent ce combat quotidien contre le gaspillage, la production déraisonnée, les empreintes écologiques démesurées avec leurs créations pensées pour durer.

Chauffeuse LIL par Mijo Studio.

Les designers redonnent leurs lettres d’or au fait main et au dessin. Miranda Tengs Brun et Josefine Gilbert –  les deux designers textiles derrière Mijo Studio – jonglent entre design et dessin des motifs qui orneront leurs créations en coton. Leur travail se caractérise par la rencontre de l’expressivité du fait main et de la pureté des lignes scandinaves.

Lampe Georges de Ferréol Babin pour l’Atelier Emmaüs.

Créer mais aussi transmettre, réinsérer et puis recycler par la même occasion. Voici le crédo de L’Atelier Emmaüs : une maison d’édition d’un nouveau genre, à la croisée de trois mondes : celui du design contemporain, de l’artisanat et celui de la lutte contre la grande exclusion. Cette menuiserie-école est rattachée au Mouvement Emmaüs. Les objets qui y sont fabriqués – à partir de rebuts de l’industrie et de chutes de chutes – sont le support d’une transmission de savoir-faire aux personnes accueillies.

Patères de l'Atelier 5.5 pour L’Atelier Emmaüs.

Derrière l’éco-design, se cache aussi des associations détonantes et gagnantes. C’est le cas de la designer britannique Bethan Gray qui a collaboré avec Nature Squared pour créer une collection de meubles irisés ornés des rebuts de l’industrie de la transformation des fruits de mer. Coquillages et grandes idées.

WHAT

AU CENTRE LA MATIÈRE !

 

Elle a toujours inspiré les designers. Avec le prisme de l’enjeu écologique, la valorisation des matériaux et de leur provenance stimulent leur créativité. Issues des océans, des arbres, des champs ou littéralement transformées, les créateurs imaginent les matières de demain. En lin, pomme, plastique recyclé, fibre d’ortie, l’eco-design tisse de nouvelles valeurs et réinvente les matières premières.

Table pour enfants Luisa et chaises Charlie - ecoBirdy.

En éco-design, matière rime avec économie circulaire. L’idée ? Créer de nouveaux matériaux à partir d’objets abandonnés ou déchets. Ça semble être un jeu d’enfant pour ecoBirdy qui recycle des jouets en plastique délaissés pour en faire des meubles colorés pour les petits.

Collection Crochets - Studio Millimètre
Vase et verres en verre marin - Ostraco.

Les composants naturels et résidus sont détournés de tous les côtés : lampes en mare de café, tables marquetées en épis de maïs, tapis en fibre d’ortie, chaises en filets de pêche… Focus ici sur les crochets du  Studio Millimètre en plastique recyclé – provenant de de pots de yaourts, bouteilles, ou planches à découper – et sur les vases d’Ostraco en verre marin fabriqué à partir de résidus iodés (coquilles, carapaces, arrêtes).

Ensemble de table - Merdacotta.

Encore un détournement de matières naturelles inattendu : la « Merdacotta ». L’agro-industriel Gianantonio Locatelli a décidé d’utiliser les 150 tonnes de bouse de vaches produites par jour dans ses fermes. Une idée pas si fumeuse  derrière sa collection d’objets (inodores !).

Lampe Zacatecas - Studio Constance Guisset.

Ici, derrière deux effets tissés se cachent deux concepts éco-design innovants. Dans le 1er, l’utilisation du lin par Constance Guisset pour sa lampe Zacatecas, le lin étant le champion des fibres écologiques. Le 2ème, une chaise en polypropylène recyclé à partir de filets de pêche retrouvés aux abords d’Ibiza, imaginée par Eugeni Quitllet, imaginé pour Vondom.

Chaise Ibiza par Eugeni Quitllet - Vondom.

WHERE

QUAND LE LOCAL DEVIENT PRIMORDIAL !

 

La notion de localisme fait émerger de nouvelles marques et les savoirs-faire s’affranchissent des frontières. Limiter les transports mais aussi impliquer les communautés. D’où cet objet provient-il ? Qui l’a fait ? Le “Made in” inscrit sur l’étiquette se transforme en “Made for”, pour un engagement à la fois social et culturel. Promouvoir la singularité des terroirs, la diversité locale, est tout sauf accessoire. À une philosophie respectueuse de l’environnement s’ajoute un besoin de traçabilité et d’engagement porté par des designers en quête de sens.

PET Lamp par Alvaro Catalán de Ocón - ACdO.

Un des grands enjeux de l’éco-design ? Contrer un problème global (ici la pollution plastique) tout en ayant des réponses locales (préserver l’artisanat). Le projet PET Lamp d’Alvaro Catalán de Ocón répond à ces deux défis en alliant la réutilisation de bouteilles en plastique et les tissages traditionnels. Tout en s’attaquant au sujet monumental des déchets plastiques, il aide des artisans sud-américains, éthiopiens et japonais et préserve ainsi des savoir-faire.

Miroir Maré par Margaux Keller.
Vase par Laurence Leenaert - LRNCE.

Marrakech ou Marseille la même volonté : collaborer avec des artisans locaux au savoir-faire d’exception. La marseillaise Margaux Keller explique à ce sujet que « notre territoire local révèle des trésors et des savoir-faire qui se perdent. C’est notre devoir de designer que de les revaloriser et de prouver qu’un tel circuit est non seulement encore possible mais qu’il est surtout bien plus riche, qualitatif et donc durable. » Une conception partagée par Laurence Leenaert (LRNCE) qui capture l’essence de l’artisanat maghrébin avec ses créations soigneusement faites à la main.

Mobilier Alki.

Même discours du côté des Pyrénées où Alki – une coopérative Made in Euzkadi – est née d’une volonté militante de vivre et travailler “au pays”. Au delà d’une marque de meubles, c’est un véritable projet économique et culturel qui contribue au rayonnement du Pays Basque. Le leitmotiv est similaire chez Versant Edition : une marque de mobilier entièrement réalisé par des artisans vivant dans les Pyrénées. La maison puise son inspiration, son souffle, sa singularité dans les vallées, les massifs, les sommets qui l’entourent.

Muskhane

L’éco-design est sans frontières ! L’enjeu social pour aider d’une part les communautés défavorisées et promouvoir la sauvegarde d’un patrimoine ancestrale sont des enjeux clés. C’est la philosophie qui anime Muskhane, une marque népalaise fondée par un couple de français où chaque pièce est fabriquée à la main dans les ateliers de la vallée de Katmandou avec des matières naturelles et renouvelables.

Versant Edition

HOW

NOUVEAUX MODES DE PRODUCTIONS

 

Rien ne se perd tout se transforme. Nouveaux modes de production, circuits courts, upcycling, le design se réinvente et trouve un nouveau souffle ! Sous l’impulsion des créateurs, de nouvelles manières de penser, procéder, créer, transformer : une éco-conception innovante où des techniques de pointe viennent alléger l’empreinte écologique des créations.

Table - Piet Hein Eek.
Piet Hein Eek
Bibliothèque Detonado - Estudio Campana.

Un patchwork d’idées, une mosaïque éco-design, un méli-mélo de matériaux récupérés : voici des mixages qui réussissent aussi bien aux brésiliens Humberto et Fernando Campana qu’à l’hollandais Piet Hein Eek. Tous les trois sont des pionniers de l’upcycling. Ils donnent une seconde vie aux morceaux de bois et objets qu’ils récupèrent et assemblent chacun à leur manière.

Componibili Bio par Anna Castelli Ferrieri - Kartell.

Les géants du secteur s’attèlent aussi aux problèmes en développant des technologies nouvelles. Kartell, le pionnier du plastique, a crée le bioplastique Bio-On : un matériau 100% naturel et 100% biodégradable, issu de déchets végétaux qui, avec l’adjonction de micro-organismes, forment une matière similaire au plastique. Une nouvelle peau pour les rangements Componibili ainsi devenus bio.

Chubby Chair - Dirk Vander Kooij

Au royaume de l’éco-design, l’upcycling est roi. Le recyclage par le haut ne connait pas de limite. Chez Dirk Vander Kooij, les chaises sont fabriquées à partir de pièces de réfrigérateurs recyclées et moulées grâce à l’utilisation d’une imprimante 3D géante. Chez BD Barcelona Design, d’anciennes lampes et étagères en aluminium se transforment en une série de vases multicolores intitulée Piscis.

Collection Piscis par Jorge Penadés - BD Barcelona Design.
Fauteuils Gravêne - Maximum.

Donner à l’économie circulaire une dimension industrielle ? C’est le tour (brillamment) joué par Maximum. Ici les excédents de production sont entièrement recyclés. Illustration avec leur fauteuil Gravêne, créé à partir des rebuts d’un leader en plasturgie, spécialisé dans la coloration.

Vases Bouteilles par Foekje Fleur.
Bougeoir - UAU Project.

Parfois ludiques et souvent flexibles, : les procédés éco-design sont loin d’aller de pair avec une esthétique austère. Ces nouvelles technologies nourrissent à contrario des élans créatifs. C’est le cas d’UAU project, qui joue avec les couleurs du bioplastique –  obtenu à partir d’amidon de maïs – grâce à la flexibilité de l’impression 3D . Même penchant pour la couleur chez Foekje Fleur qui crée à partir de bouteilles en plastique repêchées des moules pour ses porcelaines engagées.

Mood Letter
Recevez chaque jeudi dans votre boite aux lettres : une tendance à venir, un trend-setter invité, un mood inspirant !