Cookie Consent by Free Privacy Policy website

Néo-marqueterie

Le monde de Pierre Gonalons par Craman-Lagarde

Super-Theme

il y a 3 mois


Savoir-faire séculaire • Un décryptage mensuel sur l’art et la manière de bien faire, imaginé avec Plendi by Vinci Construction, spécialisée dans les réalisations d’exception qui jongle avec les matériaux rares et savoir-faire singuliers.

 

Encensée pendant la période Art Déco puis tombée dans l’oubli durant des décennies, la marqueterie est à nouveau célébrée dans le design et la décoration. Marbre, métal, maïs, cuir… Une pléthore de médiums vient renouveler le savoir-faire des premiers ébénistes et décorateurs ornementaux André-Charles Boulle et André Groult.

 

Se suffisant d’une sobriété monacale comme Piet Hein Eek et Fernando Laposse ou s’adonnant aux frivolités décoratives comme Arthur Seigneur et Chris Wolston, les néo-marqueteurs remettent la technique au goût du jour dans la plus grande tradition des arts décoratifs. 

  • Inventeur

    BOULLE

  • Prescriptrice

    LISON DE CAUNES

  • Néo-matériau

    MAÏS

  • Effet

    PUZZLE

Le travail traditionnel de la paille magnifié

Hôtel Bulgari – Paris © Gaëlle le Boulicaut

Lison de Caunes, maître d’Art en marqueterie de paille, perpétue le savoir-faire de son grand-père artisan et décorateur André Groult. Comme lui, elle sublime « l’or du pauvre du 18ème siècle » à travers des ouvrages d’exception. Elle signe récemment la réalisation d’un panneau pour l’hôtel Bulgari, un projet mené par Plendi.

 

Avec Pierre Marie et « La Boîte à Soleil », ils rendent un hommage ornemental à l’astre dans un répertoire riche évoquant le blé, symbole de lumière, de l’abondance et du travail de la paille.

Table de Lison de Caunes pour India Mahdavi

La Boîte à Soleil de Pierre Marie et Lison de Caunes © Philippe Garcia

Meuble marqueté en paille de Jean-Michel Frank

Cadavre exquis par A&A, Adam Goodrum et Arthur Seigneur

Un travail aussi fascinant qu’éreintant : il a fallu près d’un an et demi et entre 7 à 14 000 brins de paille pour que la collection « Cadavre exquis » du duo A&A formé par le designer Adam Goodrum et l’artisan marqueteur Arthur Seigneur prenne vie.

Adam Goodrum et Arthur Seigneur

Cocotte en Paille d’Arthur Seigneur

La marqueterie de bois remise au goût du jour

Raw Edges

La marqueterie de bois, hier désuète et démodée, gagne aujourd’hui en modernité, en durabilité et par là même, en désirabilité grâce à des néo-marqueteurs comme Piet Hein Eek. Le designer néerlandais renouvelle le genre avec une technique de collage de morceaux de planches de bois recyclé, collecté près de son studio à Eindhoven, aux Pays-Bas.

Piet Hein Eek

Piet Hein Eek

Piet Hein Eek

Hervé Van der Straeten © Cecil Mathieu

Œuvre PAZ Y CAOS par Farouche

Œuvre PAZ Y CAOS par Farouche

La marqueterie de métal, médium de Chris Wolston

Casa Perfect par Chris Wolston

Chris Wolston

Dans un autre registre, l’artiste américain Chris Wolston a recours à des médiums autrefois boudés par ce savoir-faire : l’aluminum, le cuivre et le bronze. Il assemble et empièce les bouts d’acier aux influences tropicales sur des tables, armoires, miroirs et tabourets extrêmement singuliers.

Tropical Cabinet par Chris Wolston

Rodolphe Parrente x Maison Pouenat

La Pietra dura et le revival de la marqueterie de minéraux

Budri Showroom par Patricia Urquiola

Le marbre, l’onyx, le travertin et les pierres précieuses sont aussi incrustées au cœur de sols, tables, luminaires hyper décoratifs dans le travail de Robert Stadler, Merve Kahraman ou encore Patricia Urquiola. Des marqueteries kaléidoscopiques qui rendent hommage à la Pietra dura, technique italienne consistant à utiliser des minéraux de couleur finement taillés et ajustés pour créer des motifs ornementaux.

Marea Table par Patricia Urquiola pour Budri

Collection Dura par Episode Studio

New Paintings 1 par Robert Stadler

Les cosses de maïs comme nouveau bio-matériau

Fernando Laposse

Autre avancée notable dans le panorama marqueterie, le Totomoxtle de Fernando Laposse est un nouveau matériau qui exploite les textures et couleurs des cosses de maïs du Mexique, allant de violets profonds aux crémeux doux, pour créer des placages et des surfaces aux airs de puzzle.

Fernando Laposse

Fernando Laposse

Fernando Laposse

Les designers explorent la bi-matérialité

Médaillon par CarréSol

L’intarse (combinaison de bois avec du marbre, de l’argent ou de l’ivoire) et la marqueterie Boulle (placage d’écaille combiné à du métal) sont revues dans des versions contemporaines confrontant les matériaux froids avec les essences chaudes du bois comme les tables de Sarah Anne Rootert qui réinterprète les géométries de l’Art Déco en alternant les tonalités de bois et du bronze.

 

Une forme de marqueterie modulable se dessine aussi chez les éditeurs. Adaptable à l’envie, la collection de parquets MÉDAILLON de Pierre Gonalons pour CarréSol se décline selon des incrustations de marbres différents (Carrare, Travertin, Calacatta, Verde) dans le chêne ou le noyer.

Médaillon par CarréSol

Sarah Anne Rootert © Larissa Ambachtsheer

Seven Codes par Trix et Robert Haussmann

La marqueterie de cuir

Bois, paille, marbre, maïs, métal… Le prochain sur la liste ? Le cuir ! Inspirée des œuvres du 18e, la marque de maroquinerie Moynat applique ce savoir-faire à ses malles et sacs à main. Les artisans coupent et assemblent les morceaux de cuir de tailles et coloris différents jusque’à composer un coloré.

Moynat Paris

The Craft of Illusion

Un décryptage imaginé avec la complicité de Plendi by Vinci Construction, qui jongle avec les matériaux rares et savoir-faire singuliers pour ses réalisations d’exception.

Chaque semaine, les moods de demain

Découvrez les plus beaux objets, lieux & créations du moment
dans nos moodboards de styles.