Goodmoods

L’HÔTEL LE BARN VU PAR

ANTOINE RICARDOU

True Story

il y a 2 semaines

C’est notre destination favorite de l’automne ! À lieu exceptionnel, hôtel exceptionnel : Le Barn fait de la région de la forêt de Rambouillet une destination lifestyle hors du temps et connectée aux envies du moment. Un oasis tout de bois et de bienveillance à moins d’une heure de la capitale parisienne (on respire !). Slow life et sophistiquée, cette « maison de campagne » aux chambres et aux dortoirs bien pensés nous a séduit. L’architecture, la « décoration » du lieu tout comme le restaurant, favorise un usage éthique de produits locaux. À la création : Antoine Ricardou, co-fondateur de l’agence créative be-pôles, l’entrepreneur Edouard Daehn et William Kriegel, propriétaire du domaine équestre où est situé l’hôtel. Le trio partage une nouvelle vision de l’hôtellerie ouverte d’esprit. Le premier nous raconte tout.

L'HOTEL LE BARN
A. Ricardou et E. Daehn
COULEURS DU PROJET

« Le Barn est un projet qui s’inscrit dans le domaine du Haras de la Cense et ses 200 hectares. Ce centre d’activités équestres d’activités équestres est connu dans le monde entier pour la relation particulière qu’il développe entre l’Homme et le cheval. La volonté première était d’être à la hauteur de ce site naturel. Il ne fallait pas se tromper, ne pas créer une fausse poésie. »

GENÈSE

UN LIEN AVEC LA FERME

« Pour construire l’hôtel, nous avons utilisé énormément de contreplaqué, ce qui façonne également un peu tous les meubles dans la petite cuisine, les banquettes… L’idée derrière cette conception est celle d’une sorte de Shaker contemporain avec des matériaux locaux. Il y a aussi des rideaux en toile qui racontent une envie, celle de mélanger l’intérieur à l’extérieur, et une forme honnête de rusticité. »

EFFET RECHERCHÉ

LA FONCTION AU CŒUR DU PROJET

« L’hiver, il fait froid et humide. Il nous fallait donc mener à bien un projet en phase avec ces conditions et l’aspect contemporain voulu. On a eu un peu peur au départ, car il s’agissait de construire un grand bâtiment. Nous nous sommes donc laissé guidé par un esprit fonctionnaliste ; chaque chose faite doit avoir du sens, une fonction, ne pas tomber dans les travers de la décoration… Après, l’on passe à la narration en ajoutant des éléments naturels comme des fleurs séchées. »

IDÉE DIRECTRICE

UPGRADER DES MATÉRIAUX HUMBLES

« Les travaux du mouvements des arts décoratifs traditionnels américains dit Shaker, une communauté qui fabriquait du mobilier simple et d’usage familial, nous a inspiré pour la réalisation du Barn, de même qu’un vieux livre sur les arts ménagers des années 1950 qui explique comment entretenir sa maison (un livre ou la notion du fonctionnalisme est quelque part à son apogée). »

VOLONTÉ DE CRÉER

UN NOUVEAU SENS DU COMMUNAUTAIRE

« La revue japonaise Casa Brutus a été aussi une source d’inspiration majeure pour nos notes afin de présenter le projet. »

RÉSULTAT

UN HÔTEL COMME À LA CAMPAGNE

« Le bonus ? Le Barn propose des produits à acheter selon vos besoins et envies : produits de soin, arts de la table… Vous pouvez les tester durant votre séjour dans votre chambre ou au restaurant. »

Mood Letter
Inscrivez-vous et recevez gratuitement chaque jeudi le meilleur de Goodmoods