Goodmoods

La collection Matrice de Saint-Louis par

Kiki van Eijk

True Story

1 month ago

Nous devions rencontrer Kiki van Eijk dans la Manufacture de Saint-Louis en Moselle pour découvrir les dessous et inspirations de ses créations en cristal. Confinement oblige, la designer hollandaise nous emmènera finalement dans son atelier à Eindhoven, via caméras interposées. Depuis ce laboratoire design, elle raconte comment ses créations et sa vie personnelle s’entremêlent : elle a imaginé les premières lampes Matrice alors qu’elle attendait son premier enfant, puis elle a enrichie cette collection de petits luminaires et d’objets de décoration lorsqu’elle portait son deuxième garçon. Ce dont il est question avec « Matrice », c’est bien de naissance.

 

Une affaire de naissance et aussi de transmission. 434 ans, c’est le nombre d’années ayant permis à Saint-Louis d’accumuler plus de 10 000 moules et un savoir-faire d’exception. Ce patrimoine inestimable est la source d’inspiration de Kiki Van Eijk. Démonstration.

Kiki Van Eijk
Kiki au milieu du stock des moules à la manufacture © Delphine Chanet

La genèse de la collection Matrice ?

 

« Tout a commencé avec un coup de fil très particulier de Saint-Louis, il y a huit ou neuf ans déjà  ! J’ai tout de suite trouvé l’univers de la Manufacture très intéressant.

 

J’aime beaucoup travailler avec des maisons d’artisanat de haut niveau, c’est un cadre idéal pour apprendre les uns des autres. Dès le début j’ai su que ça serait passionnant d’un point de vue artistique. »

Vase en cristal clair, collection Matrice © Jonas Marguet

MATRICE

Comment votre collaboration a-t-elle débuté  ?

 

« Je suis allée rapidement à la Manufacture à Saint-Louis-lès-Bitche. C’est un vieux village magnifique, entouré par la forêt, un paysage de conte de fée !

 

Là-bas, les maisons ont des couleurs sublimes : rose, bleu, pastels. Je m’en suis ensuite inspirée pour la scénographie de la collection. »

 

Moule d’un vase de la collection Matrice © Delphine Chanet

Quel a été le déclic pour imaginer cette collection ? 

 

« J’ai pu faire un grand tour de la Manufacture, tout est magnifique là-bas. 

À la fin nous sommes arrivés dans un entrepôt où des centaines de moules étaient stockés. L’équipe de Saint-Louis est passée en vitesse et j’étais là “attendez attendez” : c’était pour moi l’endroit le plus important de la manufacture. »

La première lampe à poser de la collection Matrice en finition nickelée © Delphine Chanet
© Delphine Chanet

« Les moules étaient si beaux, tous si différents, ils avaient chacun leur personnalité. J’ai vraiment senti qu’ils étaient des éléments clés de la Manufacture.

 

Quand vous soufflez du verre dans un moule quelque chose de magique se passe : on assiste à la naissance d’un nouvel objet quand on l’ouvre. J’ai immédiatement pensé que je devais designer les lampes autour de cette idée. »

La nouvelle lampe à poser née de la collection Matrice © dessin de Kiki
La première lampe à poser de la collection Matrice en finition cuivrée


« J’ai imaginé les lampes de la collection Matrice en voulant retranscrire la façon dont un moule s’ouvre. J’ai utilisé ce système d’ouverture, à la main, pour libérer la lumière avec plus ou moins d’intensité. Je voulais retrouver l’effet de la matière en fusion. »

La paraison de la lampe à poser en cristal clair taillé (diamants et biseaux) © Delphine Chanet
Le compassage de la paraison en cristal avant d’être taillée © Delphine Chanet

Comment avez-vous travaillé avec les maîtres verriers de la manufacture ?

 

« Nous avons passé beaucoup de temps à discuter avec les artisans, pour comprendre leurs techniques, leurs idées. Nous avons travaillé ensemble sur plusieurs essais pour la taille du cristal.

 

Ils sont très ouverts d’esprits, particulièrement à l’écoute et je crois très fiers de ce qu’ils fabriquent, de leur savoir-faire. »

La paraison de la lampe Matrice compassée © Delphine Chanet
L’applique Matrice, IP44 © Jonas Marguet

Quels sont vos autres inspirations ?

 

« Je me suis plongée dans des vieux livres pour voir à quoi ressemblaient les lanternes autrefois et me nourrir de références historiques. Mis à part ça, c’est vraiment les moules qui m’ont guidée pour cette collection. »

© Kiki van Eijk

Pourquoi « Matrice » ?

 

« Il y a sept ans, quand on a lancé la collection, j’ai immédiatement pensé à la Matrice, ce que nous appelons le moule à la fabrication.  Au même moment, j’étais enceinte de mon premier enfant et la Matrice représente aussi l’endroit où l’on porte les enfants, l’utérus. Ce concept parallèle à ma vie personnelle m’a amusée ! »

Comment avez-vous imaginé le prolongement de la collection ?

 

« J’étais enceinte de mon deuxième enfant quand Saint-Louis m’a demandé si je voulais étendre la collection, c’est drôle ! C’était il y a trois ans, j’ai travaillé sur de nouvelles déclinaisons des lampes et une série de vases.

 

J’ai imaginé les vases dans le même état d’esprit que les lampes mais en utilisant des formes différentes inspirées par d’autres moules. »

Kiki Van Eijk à l’atelier des moules à la manufacture © Delphine Chanet
Vase grand modèle Matrice en cristal clair doublé de bleu et taillé (diamants et biseaux). Pièce exceptionnelle, édition numérotée et limitée à 188 ex. © Benoît Teillet
Vase grand modèle Matrice en cristal clair doublé de gris flanelle et © Jonas Marguet

« Pour l’anecdote, à la même période, je jardinais énormément dans la maison où nous venions d’emménager, à la frontière d’Eindhoven et de Nuenen. J’ai fait énormément de tests avec les fleurs du jardin pour concevoir les vases.

 

Finalement, il suffit de mettre quelques fleurs dedans et c’est magnifique car les vases sont très forts, très présents.  »

© Benoît Teillet
Les vases Matrice adaptés à toutes typologies de bouquets © dessin de Kiki
© Jonas Marguet

Votre palette de couleurs ?

Cristal
bleu Klein
Flanelle

« Le vase bleu a une couleur très particulière, c’est une recette spéciale de Saint-Louis. Il ressemble à celui d’Yves Klein, très profond.

 

Le flanelle est plus délicat, très chic, j’aime beaucoup cet effet smoky, ce n’est pas juste gris, c’est une nuance organique. »

© Benoît Teillet

Quelles sont les spécificités du cristal ?

© Delphine Chanet

« C’est vraiment une expérience à part entière, c’est très différent que de travailler du verre. Le cristal est si pur, si délicat.

 

Ses reflets révèlent chaque objet, quand vous avez la forme sans aucune découpes, il manque quelque chose… Nous avons travaillé avec deux techniques de taille Saint-Louis – le diamant et le biseau – pour accentuer les reflets de l’eau sur la table et créer une lumière qui viendrait de l’intérieur. Les découpes révèlent l’objet, même une lumière un peu banale au départ est transformée. » 

© Jonas Marguet
Lampe à poser Matrice en finition nickelée © Armelle Lalo
© Jonas Marguet

Où voudriez- vous voir la collection Matrice ?

 

« Un peu partout je crois ! J’imagine la lampe à poser sur la table de chevet d’un hôtel ou dans un restaurant intimiste. Je vois parfaitement le lampadaire dans le coin d’un salon et les vases à côté sur des table d’appoint avec quelques fleurs. »

© Kiki van Eijk
© Kiki van Eijk

Et chez vous ?

 

« Je vis avec la lampe depuis que la collection est sortie. Elle amène tellement de chaleur dans la maison. Le soir, elle est toujours allumée. Les rares fois où elle est éteinte, on a l’impression qu’il manque quelque chose, elle fait partie de la famille ! »

Dans quel film ou série voudriez-vous voir la collection Matrice ?

 

« Dans la série suédoise “The restaurant”. Je les imagine très bien dans cette atmosphère. »

L’accessoire qui ne vous a pas quitté pendant ce projet ?

 

« Pour la seconde génération de la collection Matrice, je portais tout le temps cette bague que j’ai dessinée – ma lucky ring – c’est un cœur en or. Je la mets tous les jours depuis la naissance de mon deuxième enfant. »

© Kiki van Eijk
Mood Letter

Receive every Thursday in your mailbox the fashionable trends, prescribers and styles.